Vous êtes ici

Féminines

Colin : "Les faire progresser au niveau physique"

26 avr 2019

Avant la rencontre qui opposera nos féminines à Lons-le-Saunier dimanche, le préparateur physique de nos féminines est revenu sur le travail réalisé cette saison auprès de l’équipe. 

Les matches se suivent et, souvent, se ressemblent dans cette deuxième partie de saison des féminines. Les premières périodes sont accrochées, disputées. Puis les filles d’Arthur Carvalho appuient sur l’accélérateur pour s’envoler dans les quarante-cinq minutes suivantes. Guillaume Colin, le préparateur physique de l’équipe, n’est pas étranger à cette réussite. Athlètes de haut niveau, les pros à l’AJA puis les jeunes du Centre de Formation, il ne lui manquait plus qu’une équipe féminine pour disposer d’une vision d’ensemble. C’est désormais chose faite puisque Guillaume Collin intervient auprès de la R2F depuis la fin du mois d’octobre.

Vitesse, explosivité et un peu de renforcement musculaire ont été au programme des premières séances physiques. Une découverte pour un groupe encore amateur et peu habitué à ce travail spécifique. Et puis avec la longue coupure hivernale les coéquipières d’Edina Cakic ont eu onze semaines pour se préparer à la deuxième partie de saison. « Une chance » révèle Guillaume Colin, lequel a travaillé avec nos joueuses sur « l’endurance capacité, l’endurance puissance et la vitesse ». Un résultat payant puisque l’AJA Stade caracole en tête de sa poule à mi-parcours, avec cinq points d’avance sur le deuxième. Avant la rencontre qui opposera nos féminines à Lons-le-Saunier dimanche, le préparateur est revenu sur le travail réalisé cette saison auprès de l’équipe. 

 

Peut-on dire que la section féminine a commencé à se professionnaliser, notamment sur le plan de la préparation physique ?

"On commence. On a mis la première pierre à l’édifice. On a commencé à mettre des principes en place comme la pesée. On ne les a pas trop embêtés pour le moment là-dessus. C’est encore une section amateure. Mais on leur a fait comprendre avec Mathieu Méli (coordinateur AJA de la section féminine) et Arthur Carvalho (entraîneur R2F) que l’année prochaine on va travailler avec la pesée, l’indice de masse graisseuse, la nutrition, le sommeil… On va aussi travailler sur la récupération avec les bains chauds, les bains froids. On a commencé à bosser avec la vidéo. Je pense que l’on fera des matches et des entraînements avec les GPS. On va professionnaliser tout cela sans tomber dans l’excès".

Que penses-tu des résultats obtenus à la suite de cette préparation ?

"Leurs résultats sont conformes aux projections. J’ai pu mesurer cette progression pendant les onze semaines de préparation. Elle a été rapide notamment chez les jeunes. Elles sont surprenantes parce qu’elles sont toujours à cent pour cent pendant 90 minutes. Elles ont presque du mal à gérer les temps cools. Leurs résultats ne sont pas surprenants vu le boulot qu’elles ont fourni. Elles peuvent encore faire plus notamment sur le pressing ou d’autres choses comme ça. C’est de bon augure pour l’année prochaine".

Que faudra-t-il faire de mieux ?

"Plus on va vers le haut niveau, plus il faudra en faire. Je dois les faire progresser au niveau physique. Mais ce sont des jeunes. Elles sont demandeuses et le groupe aime bosser. Ça ne va pas aussi vite que les garçons, mais dans la quantité tu peux leur mettre des grosses doses de travail physique. Certaines filles pourront s’entraîner deux fois par jour. Il y aura plus de vision sur une dizaine de filles. On pourra s’occuper du travail de renforcement musculaire, de la proprioception, de la coordination analytique et spécifique. Il y aura aussi le suivi médical à améliorer avec Mathieu et Arthur".

C’est-à-dire ? 

"Les filles, ce sont des dures au mal. Elles ont toujours envie de s’entraîner, toujours tendance à penser qu’un bobo n’est pas grave. Il faut là-dessus qu’elles prennent un peu de plomb dans la cervelle. On doit faire très attention pendant leurs cycles. J’ai commencé à faire des petites études là-dessus et j’avais pu en discuter lors d’un colloque de préparateurs physiques. Il y a une grosse fatigue et des petites lésions musculaires pendant ces périodes. C’est pour nous une autre façon de travailler, une autre gestion à assurer".

 

 

AJA Stade (1er, 15pts) - Lons le Saunier (6e, 0pt)

Dimanche 28 avril 2019 à 15h (Annexe 3)

Match aller : Lons-le-Saunier 0-11 AJA Stade

Dans la même catégorie

Féminines
Bougées en début de rencontre, nos féminines o...
06 mai 2019
Féminines
Privée de sa meilleure buteuse, retenue en sél...
03 mai 2019
Féminines
Notre équipe féminine poursuit son parcours sa...
28 avr 2019
Féminines
Toute la semaine, retrouvez chaque jour le mot...
18 avr 2019